Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2012

03 - Le temps variable

"On dit que le temps change les choses, mais en fait le temps ne fait que passer et nous devons changer les choses nous-mêmes", Andy Warhol

0.jpgLe temps, une valeur très subjective.

Pour cette mère, le temps n'avait plus cours officiel. Il était devenu long, de plus en plus long.

A l'arrivée du fils...

-Alors, on ne vient plus me voir?
-Comment cela?
-Ben oui, tu n'es pas venu la semaine dernière?
-Ah, bon. Amusant.

Elle avait oublié ou plus vraisemblablement, le temps lui d'une semaine lui paraissait extrêmement plus long que dans la réalité. La conversation commençait mal. Des reproches et un sourire qui brillait par son absence. Le temps lui paraissait long. Elle n'avait pas appris à l'étirer minute par minute avec un minimum de partage avec son temps et son entourage.

Une nouvelle télévision à écran plat servait à lui faire passer les heures avec le plus de douceur dans cette chambre de la séniorie. Dans la salle de réunion, de petites groupes se formaient en permanence. Jeux de cartes et visites. Elle n'y allait jamais.

Le jour avant son dernier anniversaire, comme cela se fêtait tous les mois en groupe, le personnel l'avait averti que ce serait son mois de fête.

D'un air assez inquisiteur, comme si elle voulait lui apprendre quelque chose, elle dit à son fils de manière abrupte:

-Tu n'as pas oublié quelque chose?

Interloqué, alors qu'il savait ce à quoi elle pensait, une hésitation et une réponse en biaisant la question.

-Pourquoi, aurais-je oublier quelque chose?
-Et, mon anniversaire?

Vraiment surprenant, voilà qu'elle faisait attention à son anniversaire, se dit-il.

Puisque les souvenirs sont de retour, il embraya.

Quand vas-tu l'avoir?
On m'a dit demain et en plus on m'a averti que je prendrai part au menu du mois pour tous ceux qui ont leur anniversaire.
Mais quel âge as-tu?
80 ans, je crois.
En es-tu sûre?
Bien sûr.
En quelle année es-tu née?
Holla, ça, c'est il y a bien longtemps. Je ne connais plus l'année.
1920, Maman. Alors, cela fait quel âge?
Ben, 80, 81... 83, et puis, flûte, tu m'ennuies.

La conversation se termina comme elle avait commencé avec une certaine hargne non dissimulée.

Ce jeu de ping-pong, elle n'en connaissait plus les règles et la balle percée donnait toujours un bruit creux à la réception sur la table.

Il faut dire qu'elle avait du mal à compter les années depuis quelques temps. Avoir une volonté tenace de repousser les années dans son agenda, même si celui-ci contient une fin inéluctable, est normalement une bonne initiative, mais cette envie devient un boulet dans l'absolu sans en reconnaître les règles qu'elle entraîne.

Comme la jeunesse, il faut que vieillesse se passe, qu'elle se construise, même si cela peut paraître parfois, quelque peu réchauffé.

Les envies oubliées et le temps ne font pas le poids en marche-arrière quand un décor qui manque de couleurs, est planté depuis trop longtemps.

La perception du temps reste variable pour chacun en fonction de ses projets, de ses motivations à leur réalisation.

Dans ce cas, le temps semble se raccourcir avec l'âge sans projets.

Le temps est infini et se contente de passer.

Il sert de souvenirs du passé, mais se vit parfois durement au présent, tandis que le futur est à réserver à l'imagination.

Le temps n'est jamais perdu pour tout le monde. Le calme comme essence n'a pas de prix.

Pour certains ce n'est qu'une dimension. Pour d'autres, une dimension qui se paie rubis sur ongle.

Le temps ne se savoure doucement avec l'âge qu'avec son entourage quand il reste présent.

Lui réserver quelques pincées de douceurs, d'écoute et de réponses dans les échanges pour se retrouver comme Charles Aznavour le chantait dans  

Le temps des uns, le temps des autres....

Laisse moi guider tes pas dans l'existence,
Laisse moi la chance de me faire aimer,
Viens comme une enfant au creux de mon épaule,
Laisse moi le rôle,
De te faire oublier:
Le temps qui va,
Le temps qui sommeille,
Le temps sans joie,
Le temps des merveilles,
Le temps d'un jour,
Temps d'une seconde,
Le temps qui court,
Ou celui qui gronde,

(REFRAIN)

Le temps,
Le temps,
Le temps et rien d'autre,
Le tien le mien,
Celui qu'on veut nôtre,

Le temps passé,
Celui qui va naître,
Le temps d'aimer,
Et de disparaître,
Le temps des pleurs,
Le temps de la chance,
Le temps qui meurt,
Le temps des vacances.


(REFRAIN)

Le temps glorieux,
Le temps d'avant-guerre,
Le temps des jeux,
Le temps des affaires,
Le temps joyeux,
Le temps des mensonges,
Le temps frileux,
Et le temps des songes.

(REFRAIN)

Le temps des crues,
Le temps des folies,
Le temps perdu,
Le temps de la vie,
Le temps qui vient,
Jamais ne s'arrête,
Et, je sais bien,
Que la vie est faite,

(REFRAIN)

Le temps,
Le temps,
Le temps,
Le temps.


12:04 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Cher Guy ,
J'ai ecoute les deux chansons.
J'aime Aznavour mais je n'avais pas encore connu
la chanson "Le temps des uns , le temps des
autres". Les paroles sont toute une philosophie
relative au Temps.
On parle de plus en plus d'une therapie par la musique.
Est-ce-que ta mere aimait la musique ? Et quelle musique ?
Bonne soiree
Nina

Écrit par : Nina Georgescu | 09/12/2011

Chère Nina,
Désolé de venir si tard par ici.
J'adore la chanson de Charles Aznavour.
Je la fredonne sans m'en rendre compte.
Bonne question de savoir si ma mère aimait la musique et laquelle.
En fait, comme elle a toujours aimé danser, c'est donc oui.
Quel genre, la musique de crooner, languissante.
Dès qu'on est passé à des musiques plus rythmées, elle a décroché.

Écrit par : L'enfoiré | 14/12/2011

Les commentaires sont fermés.